CANNA

Plante tropicale moins fragile qu’il n’y paraît, le canna est apprécié tant pour son feuillage exubérant que pour ses fleurs aux couleurs chatoyantes. En massif ou en pot, il apporte une touche d’exotisme au jardin ou sur la terrasse.

Comparer

Description

Le canna est le seul représentant de la famille des Cannacées. Le genre comprend 50 espèces de vivaces rhizomateuses originaires des lisières et des zones humides des Caraïbes et d’Amérique tropicale, qui se sont naturalisées dans toutes les régions tropicales de la planète.

À partir d’un rhizome charnu, le canna développe au cours du printemps un impressionnant et luxuriant feuillage rappelant celui du bananier. Les larges et longues feuilles (de 30 à 80 cm) oblongues, particulièrement nervurées, vertes ou pourpres, parfois striées, sont portées par un pétiole qui enveloppe la tige, on parle de feuilles engainantes. Elles s’étagent sur une tige de 0,60 à 5 m de hauteur selon l’espèce. Certains jardiniers les privilégient aux fleurs.

De juillet à octobre, des fleurs aux couleurs flamboyantes jaunes, rouges, orange, plus rarement roses ou blanches, parfois bicolores ou tachetées de rouge, se dressent en grappe ou en panicule au sommet de la tige. En fin de saison, elles laissent la place à des fruits ronds recouverts d’épines, qui ressemblent à ceux du ricin.

Bien que d’origine tropicale, le canna résiste à des températures négatives comprises entre -8 et -15 °C selon les variétés et les conditions (le feuillage, lui, est détruit à 0 °C). En revanche, certaines espèces auront du mal à fleurir en dehors des régions les plus privilégiées (Corse, Côte d’Azur), mais le feuillage constitue un ornement à lui tout seul. Pour bien l’installer, il ne faut pas oublier ses conditions d’origine : il apprécie la chaleur, certes, mais aussi l’humidité.Pour le reste, il n’a que peu d’exigences.

Avec ses fleurs aux couleurs chaudes et son feuillage exubérant, le canna apporte une note d’exotisme dans les massifs ou autour d’une pièce d’eau. Les variétés les plus hautes trouveront leur place à l’arrière-plan d’un massif de vivaces, associées à des sauges rouges, des amarantes, des cosmos, ou en groupe isolé sur une pelouse. Il s’associe particulièrement bien avec les bambous et les bananiers, pour des scènes exotiques.

Pour la culture en pot, sur une terrasse ou un balcon, privilégiez les variétés naines dont la hauteur ne dépasse guère 0,60 m.

Le rhizome du canna comestible, Canna edulis, était autrefois consommé par les Indiens des Andes et nourrissent encore aujourd’hui le bétail. On en extrait de l’amidon, utilisé pour confectionner des pâtes alimentaires (vermicelles chinois) et des biscuits (les achiras colombiens, qui restent toujours croquants grâce à cet amidon). Appelé toloman en Martinique, il est traditionnellement utilisé pour l’alimentation des nourrissons.

Le rhizome du canna possède des propriétés émollientes et diurétiques.
On l’utilise en décoction ou en cataplasme.

Les graines ont la forme de petites billes noires luisantes et très coriaces. Elles sont utilisées comme perles en joaillerie et dans la fabrication d’un instrument de musique traditionnel de l’île de la Réunion, le kayamb.