Manguier

Le manguier (Mangifera indica) est un arbre majestueux vivant à l’origine sous un climat tropical de mousson mais aujourd’hui largement répandu dans la zone subtropicale pour ses fruits délicieux et son ombrage. Il se cultive aisément en véranda.

Comparer

Description

Le genre Mangifera comporte 10 espèces d’arbres persistants originaires d’Inde et d’Asie du Sud-Est, de la famille des Anacardiacées. Ces arbres ont la particularité de présenter des jeunes feuilles pendantes bien colorées de rouge ce qui aurait pour effet de protéger les tissus tendres à la fois des rayons du soleil et des pluies violentes. Autre originalité, les fruits ont un gros noyau comportant trois germes dont deux résultent de la pollinisation tandis que le troisième est issu du plant-mère. La suppression des deux premiers lors de la germination permet d’obtenir un clone de cette dernière.

L’arbre au tronc massif mesure jusqu’à 30 m de haut et forme une large couronne sphérique au feuillage dense lustré vert profond. Dans les régions pluvieuses, le tronc peut atteindre 1,50 m de diamètre sur 40 m de haut tandis qu’il dépasse rarement 10 m de haut au Sahel. Un latex blanchâtre potentiellement allergène s’écoule des pousses taillées et une résine s’écoule du tronc lorsqu’on le blesse. Les racines peuvent s’étendre jusqu’à 8 m de profondeur, ce qui explique sa résistance à la sécheresse. Elles se développent de façon importante également horizontalement de manière à profiter de la moindre pluie et des apports nutritifs, formant un plateau de 1,80 m autour du tronc sur 1,20 m de profondeur.

Le manguier peu rustique fait une élégante plante d’intérieur d’autant que ses nouvelles feuilles tendres présentent une étonnante coloration rose bronze puis rouge foncé avant de verdir. Elles poussent de surcroît vers le bas formant une sorte de toupet plumeux à l’extrémité de chaque branche tandis que les feuilles âgées vert profond demeurent horizontales. Les feuilles alternes et lancéolées, parfois ondulées, mesurent 12 à 30 cm de long sur 3 à 5 cm de large. Elles diffusent une odeur de térébenthine lorsqu’on les froisse comme chez le copalme d’Amérique et sont toxiques lorsqu’elles sont consommées en quantité par le bétail. Le manguier vit plus de 300 ans.

La floraison parfumée très abondante est constituée de panicules terminales blanchâtres ou orangées, de 20 à 50 cm de long. Elle est généralement déclenchée par 2-3 mois de sécheresse. Chaque panicule porte 2 à 5 milliers de fleurs de 3 à 10 mm, à la fois mâles et hermaphrodites. Une grosse partie des fleurs tombent prématurément et, parmi celles qui sont fécondées, seul 1 % parviennent à former des fruits. La pluie contrarie la fécondation. La pollinisation croisée est assurée par des insectes comme les abeilles, les thrips, les fourmis et les pucerons, mais aussi par les chauves-souris. Seules 3-4 mangues se forment par panicule. Malgré cela, le manguier est un arbre généreux portant souvent plus d’un millier de fruits.

Les fruits sont des drupes réniformes, ellipsoïdes ou rondes de 20 cm de long sur 10 cm de large en moyenne. Les jeunes mangues ont une peau fine lisse et résistante, verte plus ou moins foncée avant de se colorer de jaune, orange, rouge ou violet (côté ensoleillé). Certaines variétés de mangues pèsent plus de 2 kg. La chair juteuse jaune doré et plus ou moins fibreuse entoure un noyau adhérent, plat ovoïde blanc fibreux ou pubescent, de 4-7 cm de long, de consistance kératineuse.

Attention : il faut rester prudent avec la sève blanchâtre puis jaune qui s’écoule du pédoncule des fruits car elle peut entraîner des réactions allergiques violentes chez certaines personnes. Il est recommandé de laver le fruit puis de changer de couteau lorsque vous pelez puis coupez la chair du fruit.